CRAINTES POUR LA CHAÎNE ALIMENTAIRE: CONTAMINATION DES LÉGUMES, DES PRODUITS LAITERS ET DE L’EAU

CRAINTES POUR LA CHAÎNE ALIMENTAIRE: CONTAMINATION DES LÉGUMES, DES PRODUITS LAITERS ET DE L’EAU

23 mars 2011
* Des craintes?
Près de deux semaines après un accident nucléaire dans une des premières régions agricoles du Japon, des taux de radioactivité anormalement élevés ont conduit les autorités à interdire la consommation de légumes et de lait et à renforcer les contrôles, faisant planer le spectre d’une contamination de la chaîne alimentaire.

Près de deux semaines après un accident nucléaire dans une des premières régions agricoles du Japon, des taux de radioactivité anormalement élevés ont conduit les autorités à interdire la consommation de légumes et de lait et à renforcer les contrôles, faisant planer le spectre d’une contamination de la chaîne alimentaire.
Epinards, brocolis ou choux, au total plus d’une dizaine de légumes à feuilles vertes, ainsi que le lait cru, provenant de la préfecture de Fukushima et de celle voisine d’Ibaraki (nord-est de Tokyo) ont été interdits mercredi par le gouvernement japonais, en raison de taux élevés de radioactivité.
Le Premier ministre, Naoto Kan, a également ordonné l’interdiction du lait cru et de légumes provenant de trois autres préfectures tandis que les tests vont être étendus à dix autres préfectures, dont certaines proches de la mégapole de Tokyo et de ses 35 millions d’habitants.
Selon la Fédération nationale des coopératives agricoles, qui distribue l’essentiel de la production maraîchère de la région de Fukushima, aucun légume incriminé n’a été expédié depuis lundi.

Du césium radioactif a été mesuré à 82.000 becquerels – soit 164 fois la limite légale – dans des feuilles de « kukitachina » provenant de Motomiya, une commune de 30.000 habitants de la préfecture de Fukushima, ainsi qu’un niveau d’iode radioactif de 15.000 becquerels, 7 fois supérieur à la limite, selon le ministère.
« Même si ces aliments sont mangés de façon ponctuelle, il n’y a pas de risque pour la santé », a toutefois affirmé le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano. « Malheureusement, cette situation risque de durer longtemps, c’est pourquoi nous demandons leur interdiction dès maintenant ».
Si une personne consomme 100 grammes par jour du légume le plus contaminé pendant 10 jours, cela équivaudra à la moitié des radiations reçues par une personne en un an, a précisé le ministère.
Pour des experts, plus de 20 ans après l’accident de Tchernobyl, la seule hausse détectable du nombre de cancers a été celui de la thyroïde, constatée chez des personnes, qui, enfants ou adolescents, avaient consommé du lait contaminé à l’iode radioactif et provenant d’un vaste rayon autour de la centrale.
L’iode radioactif contamine le lait 12 heures après l’ingestion par les vaches d’herbe contaminée, selon ces experts.
L’organisation mondiale de la Santé (OMS) souligne que « la consommation de produits alimentaires contaminés peut accroître les risques sanitaires associés à l?exposition et par exemple accroître ultérieurement la prévalence de certains cancers ».
Ces nouvelles mesures d’interdiction interviennent alors que l’inquiétude avait surgi mardi pour les produits de la mer, dans un pays où le poisson et les algues occupent une place essentielle dans le régime alimentaire, après l’annonce de niveaux anormalement élevés de substances radioactives dans l’eau de mer.
Le autorités sanitaires ont demandé aux préfectures de Chiba et Ibaraki, à l’est de Tokyo, de renforcer le contrôle et les programmes d’inspection des produits pêchés le long des côtes.
En plus des légumes et du lait, c’est désormais de l’eau du robinet, autre produit essentiel, que proviennent les craintes.
L’eau de Tokyo a été déclarée mercredi impropre à la consommation pour les bébés, en raison d’un taux d’iode radioactif deux fois supérieur à la limite légale.
Source:

http://bonjour.news352.lu/edito-68698-japon-apres-l-accident-nucleaire-craintes-pour-la-chaine-alimentaire.html

Publicités