OPÉRATION MILITAIRE CONTRE LE RÉGIME DE KADHAFI: DES ATTAQUES SONT EN COURS

19-20 mars 2011

Les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont lancé samedi plusieurs attaques contre des cibles stratégiques libyennes et les forces fidèles à Mouammar Kadhafi.
Cette vaste offensive survient quelques heures après que 22 pays réunis à Paris se soient entendus sur les mesures militaires à prendre pour protéger les civils contre le régime Kadhafi.
Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont lancé 112 missiles de croisière sur la Libye.
Les missiles, notamment des missiles américains Tomahawk, ont été lancés depuis des navires et des sous-marins situés en Méditerranée à proximité de la Libye.

Selon le Pentagone, plus de 20 objectifs ont été touchés par les frappes, notamment des systèmes de défense antiaérienne. Les sites touchés se situent tous le long de la côte libyenne, notamment aux abords de Tripoli et de Misrata, à environ 200 km à l’est de Tripoli.

Les frappes visent à faciliter la mise en oeuvre de la zone d’exclusion aérienne par les forces de la coalition et à empêcher les forces fidèles à Kadhafi de s’en prendre aux civils. Le Pentagone précise que les frappes de samedi étaient la première étape de l’offensive, baptisée Aube de l’odyssée (Odyssey Dawn, en anglais).

Selon la chaîne Al-Jazira, la base aérienne de Mitiga, tout près de Tripoli, a été frappée. Des habitants disent qu’une autre base aérienne près de Misrata a aussi été visée par des frappes.
Deux contre-torpilleurs américains, le Stout et le Barry, ainsi que trois sous-marins, le Providence, le Florida, et le Scranton, se trouvent actuellement en Méditerranée à proximité de la Libye et sont équipés de missiles de croisière Tomahawk.

Plus tôt, des avions français opérant au-dessus de la Libye ont aussi détruit plusieurs blindés des forces pro-Kadhafi lors de leur premier engagement, a déclaré un responsable du ministère de la Défense de France.

Selon la chaîne Al-Jazira, quatre chars des forces fidèles à Kadhafi ont été détruits près de Benghazi, fief des rebelles.

Une vingtaine d’avions français ont pris part à cette opération.
Des avions britanniques participent aussi aux opérations aériennes au-dessus de la Libye. Des chasseurs bombardiers Tornado ont lancé des raids aériens sur le pays, ont indiqué des responsables de la défense britannique. Les appareils ont tiré des missiles de croisière Stormshadow contre des cibles libyennes.
Le Pentagone indique de son côté qu’aucun avion américain n’a été déployé au-dessus du territoire libyen, pour l’instant.

Le Canada et l’Italie doivent aussi participer à l’opération. Les six CF-18 dépêchés par Ottawa ne seraient toutefois pas opérationnels avant deux jours.

La défense antiaérienne libyenne réplique

De son côté, le régime de Kadhafi a déclaré par l’intermédiaire des médias officiels que des « objectifs civils » à Tripoli, Misrata, Zouara, Syrte (la ville natale de Kadhafi) et Benghazi ont été la cible samedi de raids « ennemis ».

Selon le chef du Parlement, Mohammed Zwei, les bombardements ont fait de « nombreuses victimes » et de « graves dégâts matériels » à Tripoli et à Misrata.

Selon la télévision libyenne, les frappes ont fait au moins 48 morts et 150 blessés.

Dans la nuit de samedi à dimanche, un bombardement aérien a visé Tripoli, qui a été suivi de tirs soutenus de la défense antiaérienne libyenne, selon un journaliste de l’AFP qui est sur place.

Protéger la population

Les rebelles pressaient la communauté internationale d’intervenir sans attendre pour faire cesser les combats.

« Il y aura aujourd’hui une catastrophe à Benghazi si la communauté internationale ne met pas en oeuvre les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU » pour protéger les civils, plaidait, quelques heures plus tôt, Moustafa Abdeldjeïl, chef du Conseil national libyen qui chapeaute l’insurrection.

Les habitants de la Benghazi faisaient état, plus tôt en journée, de bombardements aériens et de tirs d’artillerie et de mortier contre les faubourgs ouest, en violation du cessez-le-feu décrété vendredi par Kadhafi, qui lui-même réagissait à la résolution 1973 de l’ONU.

Les tirs, qui auraient commencé durant la nuit, se poursuivraient depuis. Selon Al-Jazira, les forces fidèles à Kadhafi ont bombardé plusieurs secteurs de la ville à l’aide de chars et de roquettes, dans la nuit de samedi à dimanche.

Un avion de combat a été abattu samedi matin au-dessus de la ville, suscitant des cris de joie parmi les insurgés. La rébellion a cependant annoncé par la suite qu’il s’agissait en fait d’un des rares avions dont elle dispose, et non d’un appareil du régime. Il a été abattu par erreur par les insurgés.

La rébellion a par ailleurs affirmé s’être emparée de quatre blindés des forces pro-Kadhafi.

Selon un journaliste de l’AFP, des milliers de personnes fuyaient en journée la ville par le nord-ouest, causant d’importants embouteillages.

Des combats sont aussi rapportés depuis vendredi par des rebelles et des témoins dans plusieurs villes, notamment à Misrata et Ajdabiya, près de Benghazi.

Samedi, Misrata était toujours sous le feu de l’artillerie du régime Kadhafi. La ville, tenue par la rébellion, est privée d’eau courante, selon des témoins.

Tripoli nie toute action militaire

Un porte-parole du gouvernement libyen a de son côté nié toute action militaire des forces de Kadhafi contre le fief des insurgés.
« ll n’y a aucune attaque d’aucune sorte sur Benghazi. Comme nous l’avons dit, nous respectons le cessez-le-feu et nous souhaitons la venue d’observateurs internationaux », a dit Moussa Ibrahim à Reuters.

Le régime accuse plutôt Al-Qaïda d’être derrière les affrontements à Benghazi.

Tripoli avance aussi que les rebelles auraient attaqué des forces loyales au régime dans la région d’Al Magrun, à environ 80 kilomètres au sud de Benghazi dans la nuit de vendredi à samedi.

Source:
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/03/19/002-samedi-lybie-frappes.shtml
Coscience du peuple

Publicités