Le camp Gbagbo appelle ses jeunes partisans à s’enrôler dans l’armée

Charles Blé-Goudé, le ministre de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de l'Emploi dans le gouvernement de Laurent Gbagbo.

Charles Blé-Goudé, le ministre de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de l’Emploi dans le gouvernement de Laurent Gbagbo.

RFI
Par RFI
En Côte d’Ivioire, le camp du président sortant Laurent Gbagbo appelle ses jeunes partisans à s’engager dans l’armée, aux côtés du président sortant, alors que les combats continuent avec les militants pro-Ouattara à Abidjan. Cette déclaration intervient  alors que les violences liées à la crise post-électorale ont déjà fait près de 440 morts, selon l’Onuci, la mission de l’ONU. La force de l’ONU en Côte d’Ivoire est critiquée par le chef de la diplomatie française. Alain Juppé, estime que l’Onuci doit jouer son rôle plus efficacement, utiliser la force en cas de confrontation

Charles Blé-Goudé, le leader des jeunes patriotes pro-Gbabgo, a appelé le 19 mars la jeunesse « qui est prête à mourir pour la patrie», à se faire enrôler dans l’armée, dès lundi, pour libérer le pays. Il s’exprimait lors d’un meeting devant plusieurs milliers de partisans de Laurent Gbagbo, dans le quartier de Yopougon, à Abidjan.
Les combats se sont poursuivis hier entre les partisans du président ivoirien sortant et ceux du président élu Allassane Ouattara. Les affrontements s’étendent désormais jusqu’au quartier du Plateau à Abidjan, le secteur du Palais présidentiel.
Dans le même temps, les forces fidèles à Laurent Gbagbo ont affirmé avoir repris la localité de Doké, dans l’Ouest. Les FN, Forces nouvelles, favorables à Allassane Ouattara, démentent.
La déclaration de Charles Blé-Goudé intervient alors que les violences liées à la crise post-électorale ont déjà fait près de 440 morts, selon l’Onuci, la mission de l’ONU. Une mission dont le rôle a été évoqué hier par le ministre français des Affaires étrangères sur la chaîne publique France 2, sur un ton quelque peu critique. Alain Juppé estime que l’Onuci «devrait jouer son rôle plus efficacement», rappelant que son mandat «permet d’utiliser la force», alors que les affrontements se multiplient dans le pays.
Publicités