COTE D’IVOIRE : le cas Francis Wodié, parlons-en !

Romain Francis Vangah Wodié, ci-devant, ancien président du Parti Ivoirien des Travailleurs (PIT), aurait été nommé par Alassane Ouattara, candidat battu à la présidentielle du 28 novembre dernier et retranché à l’Hôtel du Golf, président du Conseil Constitutionnel de la Côte d’Ivoire du Golf Hôtel. Cet acte de nomination, intervient, dit-on, pour que le brillant constitutionnaliste qu’est M. Wodié, puisse matérialiser l’investiture et la prestation de serment de M. Ouattara, afin celui-ci jouisse de pleins droits en qualité de Président de la République de Côte d’Ivoire. Telle est la nouvelle posture que Francis Wodié a décidé d’adopter contre la Côte d’Ivoire qui lui a tout donné. Eternel suiveur et has been parmi les has been du marigot politique ivoirien, Francis Wodié en veut à mort à Laurent Gbagbo. Dans son entourage, on dit de lui qu’il fulmine toujours contre le Président ivoirien : «Comment lui, un moins que rien intellectuellement parlant, a-t-il accédé au pouvoir d’Etat, tandis que moi Wodié, je suis réduit à un éternel statut d’opposant», dit-il de Gbagbo, nons sans ajouter 


que ce dernier est à la base de l’émmièttement de son parti, le PIT. Alors que Gbagbo, de son côté, à toujours ‘fait la passe au grand-frère’ au point de nommer son épouse, Victorine à la tête de la Commission Ivoirienne des Droits de l’Homme (CIDH), lui ne démord pas et jure d’avoir la peau du Chef de l’Etat ivoirien. «Si Wodié n’a ni la reconnaissance humaine et ni la reconnaissance du ventre, il devrait garder au moins le profil bas, face à tout ce que le Gbagbo a fait pour lui. C’est par exemple Gbagbo qui l’a encouragé à postuler à un siège vacant de la Cour Internationale de Justice (CIJ), avec budget à l’appui pour battre campagne. Mais Wodié n’est jamais eu le courage de franchir le pas, préférant les petites combines abidjanaises. Est-ce la faute à Laurent Gbagbo s’il n’a jamais eu de scores honorables lors des scrutins présidentiels ? Après avoir perdu toute l’honorabilité qui lui reste, il ne lui manquait plus qu’Alassane Ouattara pour assurer ses vieux jours. Il faut le plaindre», déplorait hier un de ses anciens compagnons du PIT. Wodié est assurément un cas pathologique. Voilà quelqu’un qu’on nomme juste pour l’investiture d’un autre individu qu’il sait lui-même fraudeur dans l’âme. Le Conseil Constitutionnel est une Institution qui s’assure un vécu quotidien tout le long du mandat qui lui est imparti. Que va faire Wodié ? Comment va-t-il assurer le fonctionnement de son institution ? Si Yao Paul Ndré est taxé d’être un proche de Gbagbo, que dirait-on de Wodié, qui agit, lui, plus pour du pécule que pour le bon sens ? Paul Ndré a au moins validé les candidatures, le résultat du premier tour et donné le vrai résultat du second tour. Il est véritablement le Président du Conseil Constitutionnel de Côte d’Ivoire. Que vient faire Wodié dans une affaire qui est loin de le concerner, lui qui était jusqu’à un passé récent, candidat à cette même élection présidentielle ? La Côte d’Ivoire a vraiment mal à ces intellectuels et il faut s’appeler Wodié pour accepter de se faire humilier à 76 ans, et de façon rocambolesque. Le maître est tombé bien bas.


Source:http://actualites.ivorian.net/article/?p=1023
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Romain_Wodi%C3%A9

Publicités