Le combat contre la mort continue au Japon

Source:Le Parisien

EN DIRECT. Japon : opération d’urgence dans les airs pour refroidir un réacteur

EN DIRECT. Japon : opération d'urgence dans les airs pour refroidir un réacteur

Source Conscience du peuple:
UN EXPERT RÉVÈLE LA VÉRITÉ: DES RÉVÉLATIONS CHOQUANTES...
15 mars 2011
Une courte vidéo d’un entretien avec un expert en nucléaire qui n’obéit pas du tout à la progagande mensongère et réductrice, mais qui choisit de donner l’heure juste et d’alerter le monde entier sur une catastrophe planétaire sans précédent. Remarquez bien le visage des journalistes télévisés à la fin de la vidéo…
http://www.dailymotion.com/video/xhm456_japon-nucleaire-un-expert-revele-la-verite-mars-2011_news#from=embed

ARTICLE TRÈS INTÉRESSANT ET INSTRUCTIF DE JEAN-PIERRE PETIT, ASTROPHYSICIEN ET CHERCHEUR

15 mars 2011

* Un cours de physique nucléaire 101 qui permet de bien saisir les enjeux de la crise qui sévit au Japon et qui pourrait devenir une catastrophe planétaire.

Voici un extrait:

« Le hic est l’extrême dangerosité du fonctionnement d’un tel réacteur. Sont coeur est à 550° au lieu de 300°. Le recours au sodium fondu comme fluide caloporteur représente un risque majeur d’incendie, en cas de contact de celui-ci avec l’air. Ajoutons l’extrême radiotoxicité du plutonium. Un dixième de milligramme de plutonium, inhalé et se fixant dans les poumons, suffit à provoquer une tumeur cancéreuse. Faites le calcul. Chargé d’une tonne de plutonium, un surgénérateur recèle une quantité suffisante de ce poison pour tuer dix milliards d’êtres humains.

Lire l’article en entier:

http://jp-petit.org/nouv_f/seisme_au_japon_2011/seisme_japon_2011.htm

Centrale de Fukushima: les employés évacués provisoirement

FUKUSHIMA, Japon (AP) — Face à une hausse de la radioactivité sur le site, le Japon a ordonné mercredi aux employés une évacuation provisoire de la centrale de Fukushima Dai-ichi, où les accidents nucléaires se succèdent depuis le séisme et le tsunami de vendredi. Cette évacuation a temporairement suspendu les efforts engagés pour refroidir plusieurs réacteurs de la centrale.

Le secrétaire général du gouvernement nippon, Yukio Edano a expliqué que les travailleurs, qui injectent de l’eau de mer dans un effort désespéré pour stabiliser la température et éviter une fusion à l’intérieur du coeur des réacteurs, n’avaient pas eu d’autre choix que de se retirer des zones les plus sensibles. « Les ouvriers ne peuvent même pas effectuer le minimum de travail en ce moment », a-t-il dit alors que de la fumée s’élevait au-dessus du complexe. « En raison du risque d’irradiation, nous sommes en suspens ».

Les niveaux de radioactivité ont ensuite baissé dans la journée, mais on ignorait dans l’immédiat si les employés avaient été autorisés à revenir, ni jusqu’à quel point ils avaient dû s’éloigner.

Les employés en première ligne dans la bataille pour éviter une catastrophe nucléaire, une équipe de 70 personnes, effectuent des rotations régulières pour réduire le plus possible leur exposition aux radiations.

Mercredi, les autorités ont dit envisager d’utiliser des hélicoptères pour arroser d’eau les réacteurs les plus sensibles. Un peu plus tard, la chaîne publique japonaise NHK a montré des images des hélicoptères militaires qui décollaient pour mesurer les niveaux de radiations au-dessus de la centrale, se préparant à larguer de l’eau sur les réacteurs les plus menacés.

Mais Yukio Edano a prévenu que rien ne disait que cela pourrait fonctionner. La situation est trop complexe pour « que tout soit résolu en déversant de l’eau ». « Nous essayons pour éviter de créer d’autres problèmes », a-t-il ajouté. AP

Publicités