LA COTE D’IVOIRE FAIT L’OBJET D’UN LYNCHAGE

Un homme une vision
Un film de la réalisatrice ivoirienne Hanny Tchelley Etibou

Un président que l’on aimerait bien avoir en Europe, cela nous changerait des nains de jardin et autres fées carabosses. Dans ce film très bien conçu on découvre un homme remarquable de bonté,aimant son peuple, porteur d’une réelle vision pour son pays, qui se bat pour la démocratie.Alors me diriez-vous comment ce fait-il que cet homme soit combattu; par les américains, les français,l’ONU ,bref le monde entier.La réponse qui est une question est simple me semble-t-il : Serions-nous gouvernés par des sodomites?

Cette vidéo a disparu,un hasard?,nous ne le croyons pas,nous allons tenter de la retrouver
Cellule44 le 31 mai 2011

Médias/Ouattara Gnonzié : “LA COTE D’IVOIRE FAIT L’OBJET D’UN LYNCHAGE MÉDIATIQUE”
Source : FratMat : Dernière Mise à jour : 25/02/2011 (Auteur : autres)
Le ministre de la Communication, Ouattara Gnonzié, était face aux députés mercredi, dans le cadre de la première session extraordinaire de l’Assemblée nationale. A cette tribune, il a dépeint la «guerre des médias» incluse dans l’environnement général d’étouffement et d’étranglement créé autour de la Côte d’Ivoire, depuis le second tour de la présidentielle du 28 novembre 2010. Selon le ministre de la Communication  «la guerre des médias est plus violente, plus insidieuse et plus dévastatrice que celle des armées conventionnelles». Et chaque jour, «les Ivoiriens ressentent dans leur chair les douleurs et les affres du lynchage médiatique  dont notre pays, son chef, les dirigeants et ses populations sont l’objet», a-t-il ajouté. Cette autre guerre des plumes et des ondes se manifeste «par le mensonge, la manipulation et la désinformation. Aux yeux des censeurs et des contempteurs de la Côte d’Ivoire, rien dans ce pays ne trouve grâce à leurs yeux», a constaté amèrement Ouattara Gnonzié. Le gouvernement dirigé par Pr Aké Ngbo, soucieux du bien-être des populations, a pris des mesures pour faire face à de nouveaux défis créés donc par cette guerre médiatique.
Ainsi, dans le domaine de l’audiovisuel, il devra faire face à trois grands défis. «Le premier défi, c’est de préserver et de sécuriser l’outil de communication…à la suite d’une forfaiture le 12 décembre 2010, de l’opérateur satellitaire américain qui diffuse les signaux de la Rti. Il s’agit donc de maintenir, stabiliser et faire fonctionner notre réseau de diffusion», a indiqué le ministre. Il a aussi soutenu que cet opérateur avait ainsi exécuté les instructions reçues de M. Guillaume Soro, lui demandant de mettre fin à la diffusion des émissions de la Rti. «En effet, l’opérateur avec lequel l’Etat de Côte d’Ivoire a un contrat en bonne et due forme, qui court jusqu’au 15 novembre 2011, n’a pas osé prendre le risque d’interrompre le signal, qui l’exposait à un procès, mais en revanche, il a autorisé, de façon implicite le brouillage de nos émissions à partir de l’hôtel du golf», a expliqué le ministre de la Communication.
Le deuxième défi, toujours dans le secteur de l’audiovisuel, que le gouvernement entend relever concerne le contenu. «Comment faire face aux torrents de mensonges, de manipulations, que l’on déverse quotidiennement sur la Côte d’Ivoire et ses dirigeants», a-t-il souligné, justifiant les espaces spéciaux pour diffuser les interviews, des témoignages, des documents, des expertises de sachants, sur les antennes de la Rti, «afin d’éclairer l’opinion nationale et internationale pour extirper de ce tunnel de mensonges dans lequel on a voulu enfermer la Côte d’Ivoire». Le troisième défi, à en croire M. Gnonzié, c’est de faire face «aux radios et télévisions pirates, notamment ceux de l’hôtel du Golf, Onuci Fm». Au niveau de la presse écrite, le ministre a rappelé qu’elle «est codifiée à la loi de décembre 2004, portant régime juridique de la presse et garantissant la liberté de presse, d’opinion, la libre parution des journaux et dépénalise les délits de presse, mais en même temps, elle met en place deux organes de régulation dont le Cnca et le Cnp». Soutenant que «la Côte d’Ivoire fait l’objet d’un lynchage médiatique dont les origines sont d’ordre purement politique», le ministre de tutelle a publiquement félicité la Rti, l’Agence ivoirienne de presse, le quotidien Fraternité Matin et les journaux privés pro-gouvernementaux, les spécialistes en informatique, des associations «qui sont tous mobilisés pour la cause de la République, le respect de la souveraineté et de l’indépendance de la Côte d’Ivoire».
Il les a encouragés à poursuivre dans cette dynamique «pour dire la vérité sur cette crise post-électorale». Au niveau de la presse étrangère, le ministre a distingué deux groupes: «un groupe qui ne fait que suivre la ligne tracée par l’Elysée ou le Quai d’Orsay  et un autre groupe constitué des amis de la Côte d’Ivoire, qui soutiennent le combat des Ivoiriens».
Germaine Boni
Publicités