you're reading...
Crise ivoirienne

AFFAIRE ADAMA BICTOGO: OUATTARA ET LA STRATÉGIE D’ALCEBEDES


              


Alors que la  situation  socio-politique  ne  cesse de se  dégrader dangereusement  en  Côte D’Ivoire et  que  la  grogne populaire  ne  cesse de  s’amplifier plus  d’un  an  après  son  installation  au  pouvoir  par l’Armée  française,le  régime  Ouattara  vient  de  se  signaler  là  où  les  Ivoiriens  l’attendaient  le  moins.

Quel  sens  donner  au  limogeage   du  Ministre  Adama  Bictogo? Pour  de  nombreux  observateurs  et  analystes  qui  ont  fait  une  lecture  attentive  de  la  nouvelle, la  brutale éjection  de  ce  Ministre  reste  un  subterfuge   qu’Alassane  Dramane  Ouattara  a  utilisé  pour   tenter  de  détourner  l’opinion  publique  nationale  et  internationale  des  vrais   problèmes   qui  préoccupent  actuellement.

Dépassé  par  l’ampleur  et  la  complexité  de  la  situation  socio-politique  que  son  cynisme  et  sa  soif  de  pouvoir  ont  instauré  en  Côte  D’Ivoire, le  leadear  du  RDR  tente  en  effet  aujourd’hui   de  donner  l’impression  de  sortir  brusquement  de  sa  léthargie. Chassé  du  Gouvernement  de  la  manière  la  plus  inattendue   et  la  plus  humillante  suite  aux  graves  soupçons  de  détournement   qui  pèsent  sur  lui  dans  l’affaire  des  déchets  toxiques, le  Ministre  Adama  Bictogo  aura   sans  conteste   servi   de  cobaye  à  Dramane  Ouattara  pour  faire  croire  qu’il  frappe  ainsi  du  poing  sur  la  table  face  aux  graves  dérives  qui  gangrènent  son  régime.

En  seulement  un  an  de  pouvoir, le  régime  Ouattara  ne  cesse  en  effet  de  surprendre  par  la  pléthore  de   scandales  qu’il  accumule. De  l’arrestation  du  Directeur  des  Moyens  Généraux  de  la  Douane   à  l’affaire  Bictogo  en  passant  par  les  diverses  affaires  sales  des  Ministres  Anne  Ouloto  et  Kandia  Camara, la  concession  illégale  de  la  licence  3G  à  Moov, le limogeage  d’Arthur  Alloco, Directeur  Général  de  l’ATCI, la  surfacturation   des  travaux  de  renovation  des  Commissariats  de  police, la  réhabilitation  de  l’Université  à  coups  de  milliards  sans  aucun  appel  d’offres, le  lancement clandestin  des   travaux  de  restauration  du  CCIA  alors  qu’aucun  des  souscripteurs  officiels   à  l’appel  d’offres  n’a  été  choisi, l’incarcération  d’un  diplomate  de  Ouattara  en  Italie, la  polémique  sur  le  Budget  présidentiel  de  souveraineté   estimé  à  300  milliards, la  mise  en  cause  dans  l’affaire  de  la  filière  café-cacao  des  Ministres  et  Barons  du  régime  qui  réfusent  de  comparaître  à  la  barre, la  liste  continue  chaque  jour  de  s’allonger.

Pour  un  régime  qui  accuse  sans  aucune  preuve  le  Président  Laurent  Gbagbo  et  le  Front  Populaire  Ivoirien   d’avoir  pillé  les  richesses  du   pays  et  qui  maintient  en   prison  des  dizaines  d’innocents  citoyens  pour  crimes  économiques, la  corruption  et  l’affairisme  portés  à  une  telle  échelle  en  si  peu  de  temps  achèvent  de  convaincre  les  Ivoiriens  et  la  Communauté  internationale  quant  au  degré  d’hypocrisie  et  de  calomnie  qui  a  été  atteint  au  sommet  de  l’État  depuis  le  11  avril  2011.

Ouattara  et  ses  acolytes  savent   qu’au  plan  national  et  international, personne  n’est  désormais  dupe  face  à  leurs  multiples  tentatives  de  dissimulation  des  réalités. Les  populations  ivoiriennes   sont  largement  conscientes  que  le  régime  Ouattara   crée   quotidiennement   les  conditions  de  son  propre  échec  dans  le  redressement  du  pays. Ce régime reste  totalement   impuissant  devant   l’insécurité  généralisée  qui  règne  partout  dans  le  pays. Aucune  mesure  concrète  n’est  envisagée  contre  les  FRCI  et  les  bandes  de  dozos  qui  continuent  de  terroriser  les  populations, de  les  exproprier  de  leurs  terres  et  de  leurs  maisons. Le  nombre  des   prisonniers  politiques  ne  cesse  de  s’accroître  dans  les  prisons  et  aucune  initiative   n’est  conduite   pour  que  s’engage  enfin   un   vrai  dialogue  national   en  vue  de  donner  une  impulsion  décisive  au  processus  de  réconciliation .

Pourquoi  ne  donne-t-on  pas  des  garanties  sûres  de  sécurité  aux  exilés  politiques  pour  faciliter  leur  retour ? En  quoi  les licenciements  massifs, la  politique  de  rattrapage,  l’obscurantisme  imposé  dans  le   système  universitaire  et  le musellement  de  la  presse  contribuent-ils  à  l’épanouissement  des  Ivoiriens ? Quelles  mesures  réelles  prend-t-on  pour  soulager  les  millions  de  foyers  matraqués  et  traumatisés  par  la  montée  vertigineuse  et  chaotique  des  prix  sur  le  marché ?

Ces  questions  cruciales   que  tout  le  monde  se  pose  parmi  tant  d’autres  restent  toujours  sans  réponses  pendant  que  l’immoralité, le  crime  et  l’imposture  continuent  de  battre  leur  plein  au  sein  du  régime  d’Abidjan  sans  que  l’on  sache  exactement  de  quoi  demain  sera  fait.

Alcebedes, roi  d’une  Cité  grecque  dans  l’antiquité, se  leva  un  jour  de  beau  matin  et  coupa  la  queue  à  son  chien. A  ses  Conseillers  surpris  et  indignés qui  accururent  très  nombreux   au  Palais  pour  lui  déclarer  d’une  seule  voix  qu’il  venait  de  commettre  une  grave  erreur, il  rétorqua  sans  sourciller  qu’il  préférait  que  l’on  parle  de  son  chien  plutôt  que  de  sa  politique.

En  Sciences  politiques, on  parle  très  souvent  de  la “ stratégie   d’Alcebedes”   quand  l’objectif   visé   par  une  Autorité  dans   un  acte  qu’elle  pose  est  de  faire  en  sorte  que  le  peuple  parle  d’autre  chose   que  de  ce  qui  pourrait  ( ou  devrait ) exiger  d’elle   une  explication  ou  une  justification. Cette  stratégie  consiste  d’une  certaine  manière  à  déplacer  les  problèmes  au  lieu  de  les  résoudre. Elle  permet  de  brouiller les  pistes, de réorienter  et  de  maîtriser  les  débats  à  défaut de  pouvoir  maîtriser  le  cours  des  évènements.

Comme  on  le  voit  donc, Dramane  Ouattara   veut   empêcher   les  critiques  contre   sa  gestion  chaotique  du  pouvoir  et  son  incapacité  à  répondre  aux  attentes. En  offrant  Bictogo  en  sacrifice, il  veut  susciter  une  réaction  populaire  positive   susceptible  de  générer  un  mouvement  de  sympathie  autour  de  ses  décisions. Mais  le  feuilleton  Bictogo   est  encore  loin   d’être  terminé  et  d’autres  truands  pourraient  faire  très  bientôt  les  frais  de  leur  indélicatesse  mafieuse. Ouattara continuera  donc  à  se  prendre  pour  Alcebedes  et  à  prendre les  Ivoiriens  pour  des  Grecs, jusqu’à  ce  qu’il  soit  brusquement ( et  peut-être  brutalement )  mis  fin  à  ses  illusions.


Océane  YACÉ

Politologue

Oyace84@yahoo.fr

About these ads

À propos de Philippe Ehua

Un homme très très Occupy

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Voici une application gratuite pour votre mobile

Cellule44

Une application qui va vous permettre de nous suivre,il suffit de scanner le code ci-dessus

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Joignez-vous à 4  000 followers

Pour les droits des blogeurs

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 4  000 followers

%d bloggers like this: