Ado et Sarko ont fini leur comédie


par La Majorité Présidentielle Gbagbo, dimanche 22 mai 2011, 21:24
La messe est finie. L’investiture d’Alassane Ouattara a eu lieu. Comme prévu. A Yamoussoukro. Ce 21 mai 2011. Devant tous. Nicolas Sarkozy. Le père du coup d’Etat du 11 avril 2011. Toutes les figures de la Françafrique. L’ensemble de la coterie. La fête des francs-maçons, célébrée. Tout était mensonge. Les paroles de Youssouf Bakayoko au Golf Hôtel, donnant Ado vainqueur. La maudite certification de Young Jin Choi. La partition de la Cedeao. De l’Uemoa. De l’Ua. Les tueries des civils à Duékoué, banalisée. De la lettre de Ban-Ki moon à Sarko. Du bombardement de la Licorne sur la résidence de Gbagbo. La capture de Gbagbo attribuée aux Frci. Le massacre caché des opposants. Des populations civiles. L’assassinat de Ib. Les charniers. Le revirement du Conseil constitutionnel. L’onction républicaine du coup d’Etat par la prestation de serment. L’investiture festive. La réconciliation sans la France, l’Onu et le Burkina. Le rôle des médias. Tout est mensonge. Tout est tronqué. Tout repose sur du faux. Ils le savent. La comédie finie, on verra.
Germain Séhoué